fbpx
 

Coronavirus : le Rwanda prend des mesures fortes

Theophile Tuysabe

Coronavirus : le Rwanda prend des mesures fortes

Cette mise à jour a été publiée le 30 mars 2020.

Le continent africain est à son tour touché par la pandémie du Covid-19 et le Rwanda fait partie des pays de l’Afrique de l’Est les plus touchés avec 70 cas confirmés à ce jour. Comme chez nous, l’inquiétude grandit au sein de la population rwandaise. Rapidement des mesures fortes ont été prises par les autorités. Nos projets éducatifs et notre clinique ophtalmologique partenaire sont évidemment fortement impactés par cette situation.

70 cas confirmés

Tout comme la Belgique, le Rwanda fait désormais face à la crise du coronavirus. Le pays s’active sur tous les fronts pour garder le contrôle et enrayer la propagation du virus. A ce jour, le pays compte 70 cas confirmés, tous sont sous traitement et dans un état stable. Le Ministère de la Santé a mis en place trois centres de santé pour faire face à la pandémie de coronavirus, deux à Kigali et un dans le sud du pays.

Après la fermeture des écoles, lieux publics, lieux de culte, cafés, l’interdiction des rassemblements de masse, le gouvernement du Rwanda a instauré le confinement général de la population et la fermeture des frontières. Les déplacements non essentiels et les visites hors du domicile entre les districts et les villes ne sont plus autorisés, seules les sorties pour s’approvisionner ou pour se faire soigner restent autorisées.

Face à la flambée inédite des prix de certains produits, les autorités ont fixé le montant maximum du riz, du sucre, ou encore de la farine de maïs et ont déterminé les quantités maximales de denrées alimentaires qu’un acheteur ne doit pas dépasser. Le gouvernement espère que ces mesures pourront soulager les plus pauvres et les personnes qui ont été contraintes d’arrêter leur emploi à cause du confinement.

D’une manière globale, malgré une forte inquiétude au sein de la population, les habitants respectent scrupuleusement les consignes prises par le gouvernement qui fait appel à la solidarité de tous pour relever ce défi de taille.

Nous souhaitons de tout cœur que ces mesures portent leurs fruits et permettent d’éviter la propagation du virus. Si la pandémie se généralise telle que nous le vivons ici en Europe, les conséquences risquent d’être terribles pour un pays comme le Rwanda qui n’est pas doté des mêmes infrastructures médicales que chez nous.

Impact sur nos projets

Comme toutes les écoles dans le pays, l’Ecole pour enfants aveugles et malvoyants de Rwamagana, soutenue par Lumière pour le Monde depuis 2017, a dû fermer ses portes. Les élèves, qui d’habitude logent à l’internat de l’école, sont retournés à leur domicile. De son côté, le projet d’éducation inclusive pour les élèves malvoyants dans les écoles du Diocèse de Kabgayi est suspendu jusqu’à la reprise des cours.

Concernant la clinique ophtalmologique de Kabgayi, l’institution reste ouverte et poursuit ses activités. Les patients sont beaucoup moins nombreux qu’à l’accoutumée. La plupart sont des personnes nécessitant des soins en urgence, tels que des traumatismes, infections, pertes soudaines de la vue, et qui risquent une cécité définitive. Nous nous réjouissons de l’implication du personnel de Kabgayi qui, malgré la pandémie, continue de dispenser des soins aux personnes qui en ont besoin. Et ce, malgré le fait que le risque de contamination est bien présent.

« La situation est inquiétante mais la population reste solidaire et fait confiance aux autorités. La clinique reste ouverte, même s’il y a moins de patients, nous devons être disponibles à tout moment pour soigner les patients qui ont besoin de soins oculaires », déclare le Dr Théophile Tuyisabe, Médecin directeur de la clinique de Kabgayi.

Des mesures d’hygiènes sont d’application dans la clinique pour protéger le personnel médical et les patients : prise de température et lavage obligatoire des mains à l’entrée pour tous les visiteurs, port obligatoire de masque et gants pour le personnel soignant, distance physique d’un mètre appliquée, messages de prévention diffusé régulièrement auprès des patients.

Nous le constatons en Belgique, toute l’économie mondiale est affaiblie par la crise du coronavirus. La clinique ophtalmologique de Kabgayi n’y fera pas exception. Sa principale source de revenus provient des consultations et interventions chirurgicales. La forte baisse du nombre de patients, qui est passé de 100 à 30 patients par jour, risque donc d’avoir un impact considérable sur les rentrées financières de notre partenaire. En espérant que cette situation ne perdure pas sur le long terme.

Lumière pour le Monde remercie chaleureusement le personnel médical et administratif de la clinique de Kabgayi pour son engagement et sa solidarité en ces temps difficiles. Notre organisation est fière de collaborer avec cette institution qui agit sans relâche en faveur des populations les plus vulnérables. Nous travaillons étroitement avec notre partenaire pour surmonter cette terrible épreuve.

Cliquez ici pour suivre l’impact par pays de la pandémie Covid-19.

Lire aussi: