Les soins oculaires au Rwanda

Les soins oculaires au Rwanda

Seulement 18 ophtalmologues pour 12,3 millions d’habitants. Ce constat illustre parfaitement les carences dont souffre actuellement le Rwanda dans le domaine de la santé oculaire. Avec notre partenaire local, la clinique ophtalmologique de Kabgayi, Lumière pour le Monde effectue un travail considérable pour rendre les soins ophtalmologiques accessibles à la population et former du personnel médical spécialisé.

Pauvreté, transport, ignorance

Bien que le Rwanda ait connu des progrès remarquables dans de nombreux domaines, dont celui de la santé, il subsiste encore de multiples obstacles dans le domaine de la santé oculaire.

120.000 personnes aveugles

Selon l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS), 511.000 personnes souffrent d’une déficience visuelle au Rwanda. Parmi elles, 120.000 sont aveugles. Il est aussi estimé que 12 % de la population du pays souffre d’un défaut de réfraction. Cela signifie que ces personnes pourraient voir correctement à condition de porter des lunettes adéquates.

 

Parmi ceux-ci, la pauvreté d’une large partie de la population. Avec près de 44 % des habitants vivant sous le seuil de pauvreté, les conditions de vie d’un grand nombre de Rwandais restent toujours précaires, particulièrement dans les régions rurales.

Vue de la clinique ophtalmologique de Kabgayi.

 
Les coûts directs et indirects, la peur et l’ignorance, mais aussi des facteurs culturels, font que bon nombre de Rwandais touchés par des maladies oculaires évitent de se rendre dans les centres de santé ou les hôpitaux. Bien que près de 90 % de la population dispose d’une mutuelle de santé, les plus pauvres ne sont souvent pas affiliés à l’assurance santé et évitent de consulter de peur de ne pouvoir payer les traitements. Les coûts indirects tels que les frais de transport, la nécessité pour le patient de se faire apporter de la nourriture sur place et l’absence de revenus pendant son absence constituent également un obstacle de taille. Le contexte culturel et le tabou entourant le handicap y jouent aussi un rôle crucial. Les personnes concernées tentent de cacher la cécité ou la personne aveugle à la communauté.

Pénurie de personnel qualifié

Il existe au Rwanda trop peu de services qui dispensent des soins oculaires de qualité et la majorité des cliniques sont localisées dans la capitale Kigali. Par ailleurs, les services existants doivent faire face à une importante pénurie de personnel spécialisé.

L’offre publique de soins oculaires s’organise conformément à la structure des soins de santé en général. Elle est décentralisée et pyramidale :

Pyramide des soins oculaires

À l’échelon des villages, des travailleurs de santé se chargent de sensibiliser et familiariser la population aux principes fondamentaux des soins oculaires. Quelques 45.000 personnes auraient suivi une telle formation.

À l’échelon supérieur, dans les centres de santé, au moins deux infirmiers par centre ont été formés à l’examen de maladies oculaires et sont capables de poser un diagnostic. Les médicaments essentiels, ainsi que des lunettes de lecture, sont disponibles sur place, permettant de traiter les troubles oculaires peu compliqués dans ces centres. Les infirmiers sont censés orienter les cas plus difficiles vers l’hôpital de district. Toutefois, leurs connaissances de base ne leur permettent pas toujours de faire les bons diagnostics.

Une clinique mobile effectuée par l’équipe ophtalmologique de Kabgayi pour soigner les patients des villages reculés du Rwanda. © Dieter Telemans.

Au niveau du district, les autorités font appel à des Techniciens Supérieurs en Ophtalmologie (TSO), des infirmiers spécialisés. Le pays ne compte en revanche que 145 TSO, ce qui est insuffisant pour prodiguer des soins oculaires de qualité aux nombreux patients atteints de problèmes plus sérieux.

Au niveau national, on recense actuellement à peine 18 ophtalmologues diplômés et opérationnels. Malheureusement, la majorité des ophtalmologues rwandais manquent d’expérience en chirurgie et ne disposent pas toujours de sous-spécialités leur permettant d’effectuer différents types de soins, surtout chirurgicaux.

 

Des avancées

Le personnel de la clinique ophtalmologique de Kabgayi examine des patients devant la salle d’opération.

Combler la pénurie de personnel est le principal défi à relever dans le secteur des soins de santé. C’est pourquoi les autorités rwandaises ont accordé une place prioritaire à la santé dans le cadre du programme de développement ‘Vision2020’. Lancé en 2000, ce programme vise à réduire drastiquement les problèmes de pauvreté et de santé au Rwanda d’ici 2020.

Partenaire de Lumière pour le Monde depuis 2003, la clinique ophtalmologique de Kabgayi joue un rôle moteur dans la formation de personnel médical en ophtalmologie (infirmiers, TSO) au Rwanda. L’expertise de la clinique et la qualité des soins oculaires dispensés lui ont permis d’acquérir le statut de centre de référence en matière de santé oculaire en 2012. Par conséquent, la clinique accueille chaque année de nombreux étudiants et stagiaires en formation, ainsi que des TSO et des infirmiers actifs dans les centres de santé ou hôpitaux de district de tout le pays.

Jusqu’en 2009, le nombre annuel d’opérations de la cataracte effectuées ne dépassait pas 2.800 en moyenne pour tout le Rwanda. En 2018, ce chiffre a atteint environ près de 4.800 opérations, dont 3.000 effectuées à Kabgayi !

Enfin, depuis 2018, il est dorénavant possible de suivre des études pour devenir ophtalmologue grâce à l’ouverture du Rwanda International Institute of Ophthalmology à Kigali. Auparavant, il fallait se rendre en Ouganda, Tanzanie ou ailleurs pour suivre ce type d’étude.

‘L’Avenir en Vue’

Dans son programme 2017-2021, intitulé ‘L’Avenir en Vue’, Lumière pour le Monde et la clinique ophtalmologique de Kabgayi se sont fixé comme objectif de fournir des soins oculaires à au moins 212.000 personnes et d’opérer au moins 19.800 patients touchés par des maladies oculaires.

Ce programme entend aussi former au moins 93 membres du personnel des services d’ophtalmologie de différents centres de santé et hôpitaux de districts au Rwanda.

A mi-chemin, les résultats obtenus sont prometteurs :

  • 102 membres du personnel des services d’ophtalmologie de différents centres de santé et hôpitaux de districts au Rwanda ont été formés
  • 91.288 personnes touchées par une maladie oculaire ont bénéficié d’une consultation ophtalmologique
  • 12.531 personnes touchées par une maladie oculaire ont été opérés