« Des patients ne peuvent payer leur opération »

« Des patients ne peuvent payer leur opération »

En Afrique, le coronavirus provoque non seulement une crise sanitaire mais aussi de graves retombées socio-économiques. Le Dr Francine Nday est ophtalmologue à la clinique Sainte-Yvonne de Lubumbashi, en RD Congo et nous explique la situation alarmante dans son pays. Elle compte plus que jamais sur la solidarité des uns et des autres pour lutter contre ce fléau.

« La pandémie Covid-19 touche de façon plus grave les personnes plus pauvres, » explique le Dr Francine Nday, ophtalmologue à la clinique Sainte-Yvonne de Lubumbashi. Quotidiennement, elle et son équipe reçoivent des patients qui ne peuvent pas se payer leur opération oculaire. « Cependant, nous ne voulons exclure aucun patient pour des raisons financières, » souligne-t-elle.

Lumière pour le Monde veille à ce que les patients les plus pauvres soient aussi soignés

La clinique ophtalmologique Sainte-Yvonne de Lubumbashi est une clinique partenaire de Lumière pour le Monde. Il s’agit de la première clinique développée par Lumière pour le Monde dans le sud de la RDC en tant qu’hôpital de référence pour les soins oculaires dans la région.

Chaque clinique partenaire dispose d’un service social. Celui-ci fait en sorte que tous les patients atteints de problèmes oculaires, notamment les plus pauvres, reçoivent un traitement. En concertation avec le patient, l’assistant social évalue sa contribution dans les frais d’opération et de traitement. Une partie des frais sera donc prise en charge par le service social et l’autre partie par le patient en fonction de sa situation financière.

En RDC, la crise du coronavirus a pour conséquence une hausse des prix des denrées alimentaires et des revenus encore plus bas pour les personnes les plus démunies. « Notre service social reçoit de plus en plus de demandes. Il risque de devenir difficile d’aider tout le monde, » déplore le Dr Francine.

L’œil droit de Yohari, trois ans, est gravement endommagé. Si elle n’est pas opérée de toute urgence, elle restera aveugle de cet œil ! © Lumière pour le Monde

Votre soutien est crucial !

Du haut de ses 3 ans, Yohari apparaît inquiète. La fillette a gravement endommagé son œil droit suite à un accident de jeu. Si elle n’est pas opérée de toute urgence, elle restera aveugle de cet œil. Cette situation préoccupe énormément sa maman Rose car leur famille n’a pas les moyens financiers de payer l’opération. Heureusement, la clinique Sainte-Yvonne possède elle aussi un service social. Après un entretien avec l’assistant social, la famille ne doit finalement payer qu’une partie du prix. Le Dr Francine opère la petite Yohari le jour même. Le lendemain, elle examine à nouveau l’œil de la petite fille. L’ophtalmologue est très satisfaite. L’opération s’est bien déroulée et son œil est sur la voie de la guérison. Elle ne devra pas grandir en étant aveugle d’un œil. Le médecin fournit à sa mère des médicaments pour soigner cet œil.

Une opération relativement simple fait toute la différence. Avec 150 euros, vous offrez une opération de la cataracte à un enfant comme Yohari. Seul votre soutien nous permet de continuer à donner accès à des soins oculaires de qualité aux plus démunis. Merci beaucoup !

Faites un don.