fbpx
 

Olivier voudrait jouer de nouveau

© Karen Vandenberghe

Olivier voudrait jouer de nouveau

Olivier et son père

Olivier, huit ans, et ses parents vivent dans le sud-ouest du Rwanda. Ils ont fait le long voyage jusqu’à Kabgayi, situé au centre du pays, parce que le garçon a des problèmes oculaires depuis cinq ans. Comme sa maman a elle aussi une mauvaise vue, sa famille pense que sa maladie oculaire est héréditaire et donc incurable. Le petit Olivier ne peut se déplacer sans aide et ses parents ne trouvent d’autre solution que de le garder à la maison. Il a huit ans mais n’a jamais été à l’école.

Ses parents ont récemment remarqué l’apparition d’une décoloration de la cornée chez leur fils. Un travailleur de santé local examine l’enfant et diagnostique chez lui une cataracte. Il conseille à la famille de se rendre à la clinique ophtalmologique de Kabgayi. Au Rwanda, cette clinique est reconnue comme centre de référence pour les soins oculaires. Les parents emmènent donc Olivier à Kabgayi dans l’espoir que leur fils y recevra les soins oculaires spécialisés dont il a besoin.

Olivier après son opération

Arrivés à Kabgayi, les parents d’Olivier racontent au médecin que ses problèmes oculaires rendent le petit garçon profondément malheureux :

« Olivier a perdu toute autonomie. Il est souvent triste et révolté, surtout lorsqu’il entend les autres enfants du quartier jouer dehors. Il nous demande alors pourquoi il est aveugle. »

L’ophtalmologue local examine Olivier et constate que ce dernier est effectivement atteint d’une cataracte bilatérale. Il peut rendre la vue à Olivier grâce à une opération relativement simple, qui consiste à remplacer son cristallin opacifié. L’équipe médicale de la clinique ophtalmologique de Kabgayi réalise chaque année près de mille opérations oculaires sur des enfants et pas moins de six mille opérations sur des adultes. Cependant, Damascène, le papa d’Olivier, a peur et hésite. Néanmoins, les témoignages des autres patients opérés finissent par le convaincre que son fils retrouvera la vue suite à cette intervention.

Après une opération réussie de la cataracte, la famille est rayonnante. « Nous sommes très heureux que notre fils puisse aller à l’école et apprendre à lire, écrire et calculer comme les autres enfants de son âge. Il pourra regagner son autonomie. » Et Olivier ? Il a surtout envie de jouer avec les autres enfants. Plus tard, il voudrait devenir agriculteur comme ses parents.

L’opération de la cataracte est une intervention relativement simple qui ne coûte que 150 euros dans le cas d’un enfant. Faites un don aujourd’hui.

Photos dans le texte : Kabgayi Eye Unit – Photo header: © Karen Vandenberghe

Envie de découvrir plus de témoignages ?