Esther retrouve la vue après une opération

Esther à l'école

Esther retrouve la vue après une opération

Vous l’avez sûrement observé en ce début de mois de septembre, la rentrée des classes reste un moment important pour tous les enfants, et ce, peu importe qu’ils vivent en République Démocratique du Congo ou ici en Belgique. Mais pour la petite Esther âgée de sept ans, cette rentrée a un goût particulier. Elle est en effet particulièrement contente de retrouver ses amies.

Nombreux élèves dans la cour à Kolwezi au Congo

C’est la rentrée des classes. Parmi les élèves se trouvent Esther.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Pendant bien longtemps, la petite fille un peu frêle a vécu des moments difficiles à l’école. Voici son histoire.

Depuis peu, Esther ne fait plus aucun progrès en classe, elle reste seule dans la cour de récréation et n’est plus capable de suivre les cours. Le titulaire de classe, Makonga, est très surpris. Il connaît la petite fille depuis longtemps et elle a toujours été très active ; il ne comprend pas ce qui se passe.

Il étudie le comportement d’Esther de plus près. « Je vois qu’elle a des difficultés à écrire dans son cahier et qu’elle ne parvient plus à lire du tableau. »

Makonga rencontre les parents d’Esther pour discuter du problème. « Une clinique ophtalmologique a récemment ouvert ses portes à Kolwezi et j’ai encouragé le papa d’Esther à y faire examiner sa fille parce qu’il est évident qu’elle voit mal. »

À la clinique ophtalmologique Mwangaza, soutenue par Lumière pour le Monde, le docteur Socrate Kapalu diagnostique une cataracte bilatérale chez la petite Esther.

Chez nous, la cataracte est due au vieillissement mais, dans certains pays en Afrique, elle apparaît aussi fréquemment chez les enfants. Les hôpitaux partenaires de Lumière pour le Monde traitent tous les enfants gratuitement. Nous voulons ainsi encourager les parents à faire examiner le plus rapidement possible leurs bébés et jeunes enfants avec des problèmes aux yeux. Dans le cas d’un enfant, une opération de la cataracte coûte 150 euros. Une telle opération qui sauve la vue est moins coûteuse chez un adulte, à peine 52 euros, car elle se pratique sous anesthésie locale.

Esther lit un texte devant ses professeurs et les autres élèves

Grâce à une opération de la cataracte, Esther peut à nouveau suivre les cours sans aucune difficulté.

Grâce au docteur Kapalu, la jeune fille a entre-temps retrouvé la vue. Son instituteur raconte : « Esther a repris place sur les bancs de l’école. Après son opération, elle a reçu des lunettes, ce qui fait qu’elle peut lire au tableau sans problème. Je la reconnais à peine. Elle est toujours de bonne humeur, joue avec les autres élèves et n’a aucune difficulté pour suivre les cours. »

Après une opération de la cataracte comme celle subie par Esther, il est important suivre l’enfant. Une thérapeute visuelle de l’hôpital ophtalmologique Mwangaza rend ainsi régulièrement visite à Esther en classe. Elle contrôle les lunettes de la fillette et lui apprend à ne pas regarder son cahier de trop près, s’assure qu’elle peut prendre place à l’avant de la classe… Nous essayons ainsi d’obtenir les meilleurs résultats possibles auprès des enfants les plus vulnérables.

L’instituteur nous a envoyé une vidéo émouvante dans laquelle on voit Esther et les autres élèves de sa classe compter à voix haute jusqu’à 50 en français. On peut voir qu’elle est fière de ses progrès.

Plus de 25.000 enfants vivent dans l’obscurité en RDC. La moitié d’entre eux pourraient retrouver la vue grâce à une opération de la cataracte. N’hésitez pas à soutenir notre lutte contre la cécité des enfants et à faire un don. Chaque contribution compte, quel qu’en soit le montant.