fbpx
 

Dépistages dans les écoles tanzaniennes

Dépistages dans les écoles tanzaniennes

L’école primaire Mazinyungu se trouve dans le village de Kilosa dans la région de Morogoro en Tanzanie. Il s’agit d’une école inclusive où des enfants aveugles, malvoyants et depuis peu également sourds suivent les cours avec des enfants voyants et entendants de leur âge. Depuis 1991, l’école accueille des enfants avec des besoins éducatifs spéciaux, originaires de toute la région. La plupart d’entre eux sont hébergés en internat à l’école, les distances étant souvent trop grandes pour qu’ils rentrent chez eux tous les jours après les cours.

Par le passé, le gouvernement tanzanien prenait en charge les dépenses de l’école Mazinyungu liées au logement des élèves ainsi qu’aux services médicaux et de rééducation. Il a malheureusement mis fin à ce soutien pour des raisons budgétaires. Ces frais sont donc maintenant à charge des parents, qui ont à peine les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants. Cela implique que de nombreux enfants atteints de déficience visuelle ne reçoivent ni les soins médicaux ni les aides visuelles dont ils ont besoin.

Tous les enfants atteints de déficience visuelle ont reçu des outils pour pouvoir mieux suivre en classe. Photo : SFRH

Une situation injuste s’il en est à laquelle Lumière pour le Monde a tenté de remédier en 2020.
Nous avons fait appel à l’un de nos hôpitaux partenaires, le St. Francis Hospital à Ifakara. L’ophtalmologue tanzanien Aza Lyimo dirige le service d’ophtalmologie de cet établissement. Il a mis en place un programme visant à ce que son équipe rende systématiquement visite aux écoles, dépiste les enfants avec des problèmes oculaires, leur fournisse les traitements nécessaires ou les oriente vers le service pédiatrique de cliniques ophtalmologiques hautement spécialisées.

Au total, plus de 1.000 élèves suivent les cours à l’école primaire. 65 d’entre eux sont atteints de déficience visuelle et 27 de déficience auditive. L’école peut compter sur huit enseignants spécialisés qui assurent l’accompagnement de ces enfants. De nombreux autres élèves souffrent également de problèmes oculaires et nécessitent d’urgence un traitement médical.

En automne, le Dr Aza et son équipe ont effectué une mission de cinq jours à l’école Mazinyungu afin de venir en aide au plus grand nombre possible d’élèves pendant cette courte période. L’équipe était composée d’un ophtalmologue, de deux infirmiers spécialisés en soins oculaires, d’un thérapeute visuel/optométriste et d’un collaborateur logistique.

Cette équipe a obtenu les résultats suivants :

  • 042 élèves ont été examinés et informés sur les soins oculaires de base.
  • 51 élèves « réguliers » ont reçu un traitement médical pour leurs problèmes oculaires.
  • 47 enfants atteints de déficience visuelle ont reçu des lunettes et/ou d’autres aides visuelles pour optimiser leur vue.
  • 25 enseignants ont reçu une formation en soins oculaires de base et un enseignant spécialisé chargé de l’éducation sanitaire à l’école a appris à identifier des problèmes oculaires peu complexes.

 

Constatations importantes du Dr Aza :

  • Un certain nombre d’élèves atteints de déficience visuelle avaient encore un degré de vision résiduelle à leur arrivée à l’école. Ils l’ont malheureusement perdue en raison du manque de suivi médical et parce que leurs parents ne pouvaient se permettre un tel suivi.
  • Les performances scolaires de ces enfants ont décliné parallèlement à la perte de vision.
  • L’école ne disposait d’aucun dossier médical au sujet des affections oculaires des enfants. L’équipe a donc dû partir de zéro.

 

Les défis à relever en 2021 :

  • Organiser régulièrement des consultations pour tous les enfants de l’école.
  • Améliorer l’approvisionnement en médicaments pour les enfants atteints de problèmes oculaires qui nécessitent des soins permanents.
  • Contrôler si la dioptrie des lunettes et/ou les autres aides visuelles répondent encore aux besoins des élèves malvoyants.
  • Former un plus grand nombre de professeurs et leur apprendre à dépister les problèmes oculaires chez les enfants.

L’école primaire Buigiri à Dodoma bénéficie du même soutien que l’école Mazinyungu pour ce qui est du suivi d’élèves aveugles et malvoyants.

Photo header : le Dr Aza examine la vue de tous les élèves de l’école primaire Mazinyungu. Photo : SFRH