COVID-19 : quid de l’éducation inclusive ?

COVID-19 : quid de l’éducation inclusive ?

Cette mise à jour a été publiée le 28 avril 2020.

Outre les soins oculaires, l’éducation inclusive est le second pilier du travail de Lumière pour le Monde. Selon les estimations, à peine 10 % des enfants porteurs de handicap sont scolarisés dans les pays en développement. Les structures de l’enseignement de ces pays ne sont pas adaptées à leurs besoins particuliers.

L’éducation inclusive implique que tous les enfants, avec et sans handicap, suivent les cours ensemble. Notre programme est articulé autour de trois axes : l’identification d’enfants aveugles et malvoyants, le traitement médical et l’intégration de ces enfants dans des écoles ‘ordinaires’. Ce sont nos enseignants spécialisés appelés ‘itinérants’ en Afrique qui identifient les enfants et les accompagnent tout au long de leur trajet d’intégration scolaire. Le coronavirus a également un impact considérable sur ce volet de nos activités. Les écoles sont fermées dans les trois pays où nous sommes actifs.

Les écoles sont fermées, les cours suspendus

En Tanzanie, le programme d’enseignants spécialisés mis en œuvre dans les régions de Morogoro et Dodoma est provisoirement suspendu. Les enseignants spécialisés ne réalisent plus de dépistages et ne dirigent donc plus d’enfants vers les hôpitaux régionaux. Le programme d’éducation inclusive dans le diocèse de Kabgayi au Rwanda est également suspendu à l’heure actuelle. Enfin, nos enseignants spécialisés en RDC ne sont, à leur tour, plus en mesure de poursuivre leurs activités en raison de la fermeture des écoles.

Organiser un enseignement à distance n’est pas une sinécure dans nos pays partenaires. Et pourtant, Lumière pour le Monde entrevoit des possibilités. Les enseignants spécialisés pourraient fournir aux enfants atteints de déficience visuelle le matériel nécessaire pour poursuivre leur apprentissage à la maison. Ils ont besoin de matériel éducatif comme les cours transcrits en gros caractères ou en braille. Et dans une période comme celle que nous vivons, ces enfants vulnérables ont tout particulièrement besoin d’être encadrés. Mais tout cela n’est pas si simple compte tenu, entre autres, des distances dans un grand pays comme la Tanzanie. Nous examinons les possibilités et restons bien entendu en contact étroit avec les enseignants spécialisés.

Internats pour enfants aveugles et malvoyants

Lumière pour le Monde soutient aussi quelques écoles spécialisées pour enfants atteints de déficience visuelle. L’école pour enfants aveugles et malvoyants de Rwamagana au Rwanda est fermée et les 171 enfants de l’internat sont rentrés chez eux jusqu’à ce que les cours reprennent.

De nombreux enfants hébergés à l’internat de l’Institut Nuru pour enfants aveugles et malvoyants en RDC sont originaires de provinces lointaines. Tous ne sont pas en mesure de réintégrer leur famille. Suite à la crise du coronavirus, les prix des denrées alimentaires ont flambé. L’école est par conséquent confrontée à de graves problèmes financiers.

Ramener tous les enfants à l’école : plus que jamais un défi !

Nos enseignants spécialisés s’efforcent depuis des années d’amener les enfants atteints de déficience visuelle sur les bancs de l’école. Suite à la crise de la Covid-19, certains de ces efforts risquent d’être réduits à néant. Nous ne pouvons accepter qu’en raison de la crise, des enfants ne soient mis sur la touche et ne reçoivent aucune formation. Notre programme d’éducation inclusive deviendra plus important encore après la crise. Pendant et après la crise, nous serons aux côtés de nos enseignants spécialisés pour faire en sorte que les enfants atteints de déficience visuelle continuent à avoir accès à un enseignement de qualité.

Jean-Marie Ngbenga, notre coordinateur en RDC espère que nos fidèles sympathisants continueront à nous soutenir :

« Vos dons aideront ces institutions à survivre des effets de cette crise et ainsi continuer leur mission, qui est celle d’assurer l’éducation des enfants ayant eu des problèmes oculaires irréversibles et qui doivent étudier et devenir quelqu’un. »

Nous aurons plus que jamais besoin du soutien de nos fidèles sympathisants au cours des prochains mois. Chaque contribution compte. Ensemble, nous pouvons aider les personnes les plus vulnérables.Faites un don aujourd’hui.

 

Photo header : Karen Vandenberghe