fbpx
 

Coronavirus : la Tanzanie relativement épargnée

Iranzi - Karen Vandenberghe

Coronavirus : la Tanzanie relativement épargnée

Cette mise à jour a été publiée le 2 avril 2020.

La pandémie Covid-19 est également présente en Tanzanie. Les chiffres communiqués par les autorités font état de 20 cas confirmés de coronavirus et d’une personne décédée. Des mesures légères ont été prises par les autorités, mais cela pourrait évoluer en fonction de la propagation du virus. De leur côté, nos cliniques partenaires ont pris des mesures sanitaires spécifiques, tandis que la plupart de nos projets éducatifs sont suspendus.

20 cas confirmés

La Tanzanie compte jusqu’à présent seulement 20 cas positifs au coronavirus. Selon le Ministre de la Santé, il n’y a pas encore eu de transmissions dans le pays, tous les cas seraient importés depuis l’étranger. Le premier cas a été enregistré le 15 mars, une Tanzanienne âgée de 46 ans qui rentrait d’un séjour en Belgique. Cette dame, hospitalisée à Arusha (Nord), est désormais guérie et a pu quitter l’hôpital.

Les autorités ont quand même pris quelques mesures dans le pays puisque les écoles sont fermées, les événements sportifs sont reportés et les voyageurs venus de pays touchés par la pandémie sont placés en quarantaine. Les restaurants et les bars restent ouverts pour l’instant. À noter que ces restrictions ne touchent pas la vie religieuse. En effet, le président s’est fendu d’une déclaration surprenante lors d’une messe le 22 mars en proclamant que le covid-19 était une création « de Satan » qui ne pouvait survivre dans le corps du Christ. Il a refusé que son pays ferme les lieux de culte (églises et mosquées) comme expliqué sur le site La Libre Afrique.

Impact sur nos projets

Nos quatre cliniques ophtalmologiques partenaires ont renforcé les mesures d’hygiène pour limiter les risques liés à la pandémie. Elles fonctionnent normalement car elles souhaitent être opérationnelles pour prendre charge les cas urgents et éviter que des personnes ne perdent la vue définitivement à cause d’un traumatisme oculaire, une conjonctivité aggravée ou autres anomalies. Des points d’eau supplémentaires ont été installés pour le lavage des mains aux entrées et sorties des cliniques. Des panneaux d’information reprenant les mesures en vigueur sont affichés un peu partout. On observe tout de même une nette diminution du nombre de patients qui viennent se faire soigner.

Certaines activités prévues par nos partenaires ont été annulées. Une équipe de la clinique ophtalmologique KCMC avait programmé le 20 avril prochain une clinique mobile chirurgicale de dix jours au Saint Joseph Mission Hospital près de Songea, dans le sud du pays. L’initiative a été reportée à une date ultérieure.

Par ailleurs, toutes les activités de l’Ifakara Eye Initiative qui concernent le dépistage des enfants souffrant d’une déficience visuelle dans les écoles, la sensibilisation autour des maladies oculaires et les ateliers pour les enseignants pour leur permettre de faire un premier dépistage de base, ont été suspendus jusqu’à nouvel ordre. Néanmoins, les enfants ayant besoin de soins oculaires continus bénéficieront d’un suivi de la part du personnel du Saint Francis Hospital à Ifakara.

Lumière pour le Monde remercie chaleureusement le personnel médical et administratif de nos partenaires en Tanzanie pour leur engagement et solidarité en ces temps difficiles. Notre organisation est fière de collaborer avec ces partenaires qui agissent sans relâche en faveur des populations les plus vulnérables. Nous travaillons étroitement avec eux pour surmonter cette terrible épreuve.

Pour suivre l’impact par pays de la pandémie Covid-19, veuillez cliquer ici : https://www.worldometers.info/coronavirus/#countries

Photo header: Karen Vandenberghe.

Lire aussi: