Le petit Cédric rêve de devenir policier !

Cédric

Le petit Cédric rêve de devenir policier !

Chaque enfant a des rêves plein la tête : avoir de super-pouvoirs, devenir pilote d’avion, être une princesse ou un chevalier, rien n’était impossible à vos yeux. Pour le petit Cédric, âgé de six ans, c’est pareil. Son rêve à lui, c’est de devenir policier. Imaginez maintenant que votre quotidien sombre dans l’obscurité car vous êtes devenu aveugle. Quelle catastrophe ! Tous vos rêves sont détruits et votre vie est complètement chamboulée.

C’est ce qui est arrivé à Cédric, qui vit avec ses parents et sa grande sœur dans le village de Nyundo, sur une des jolies collines du Rwanda. Il y a maintenant six mois que sa vision est progressivement devenue floue. « Il a commencé à se frotter les yeux très souvent. Il avait aussi des larmes qui coulaient sans arrêt. Nous voyions bien que quelque chose clochait », explique Claudine, sa maman.

Cédric prend sur lui et continue d’aller à l’école malgré le fait que sa vue se détériore de plus en plus. « D’habitude, il adore jouer dehors avec les autres enfants. Mais maintenant il ne joue plus, il est très frustré et pleure beaucoup ».

Accompagné de sa maman, Cédric se rend au centre de santé le plus proche de la maison. Sur place, un infirmier l’examine mais ne peut rien faire. Il les renvoie vers la clinique ophtalmologique de Kabgayi. Il faut savoir qu’au Rwanda, on dénombre seulement 18 ophtalmologues pour 12,3 millions d’habitants. Ce chiffre illustre parfaitement les difficultés pour la population d’avoir accès à des soins oculaires de qualité, surtout pour les plus vulnérables. Partenaire de Lumière pour le Monde depuis 2003, la clinique de Kabgayi est un hôpital de référence en matière de soins ophtalmologiques.

« Je connais Kabgayi car un voisin est venu se faire soigner ici. Il avait perdu la vue et quand il est revenu, il voyait à nouveau. C’était comme un miracle », raconte Claudine. Le Dr Théophile est le médecin-directeur de la clinique de Kabgayi. C’est lui qui examine Cédric et le diagnostic est vite réalisé : il s’agit de la cataracte. Le garçon doit se faire opérer le plus rapidement possible pour pouvoir retrouver une vue optimale.

« Je ne suis pas effrayée par l’opération. Le Docteur nous a rassuré et le personnel est très professionnel », dit la maman de Cédric. L’opération, qui consiste à remplacer le cristallin, devenu opaque, par une lentille artificielle, dure une trentaine de minutes et se fait sous anesthésie générale. « Tout s’est parfaitement déroulé », explique le Dr Théophile. « Maintenant, nous allons attendre jusqu’à demain, et ensuite on pourra lui retirer les pansements ».

Le lendemain, une infirmière se rend au chevet de Cédric et lui retire les pansements. Il lui faut quelques minutes pour se rendre compte qu’il a retrouvé la vue. Il libère un timide sourire quand il voit le regard rayonnant de sa maman remplie d’émotion.

Cédric pourra peut-être réaliser son rêve de devenir policier. À moins qu’il ne devienne médecin, le rêve de sa maman.

Une opération de la cataracte qui rend la vue, telle que Cédric a pu la vivre, ne coûte que 150 euros et son impact est immédiat. C’est une opération qui change la vie ! Dans notre lutte contre la cécité évitable, votre soutien est essentiel. Nous en avons besoin pour pouvoir aider davantage d’enfants comme le petit Cédric. Faites un don dès aujourd’hui.