Journée de l’albinisme

Justin & Nathalie

Journée de l’albinisme

Justin et Nathalie sur les bancs de l’école

Le 13 juin, nous célébrons la Journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. À cette occasion, nous vous présentons le témoignage de Justin et sa sœur Nathalie, deux enfants atteints d’albinisme dans un quartier pauvre de Lubumbashi au Congo.

L’albinisme est une absence congénitale partielle ou totale du pigment mélanine dans les cheveux, la peau et les yeux. Du fait de leur différence physique, les personnes atteintes d’albinisme peuvent subir de nombreuses discriminations, voire être exclues ou persécutées.

Autre conséquence négative, l’albinisme entraîne une grande sensibilité au soleil et à la lumière vive. À cause de la dépigmentation de leurs yeux, Justin et Nathalie sont sévèrement malvoyants.

Pendant des années, cette malvoyance complique sérieusement leur parcours scolaire. Comme ils ont des difficultés à lire au tableau, Justin et Nathalie n’apprennent rien en classe. Nathalie reste même à la maison un certain temps et Justin s’ennuie à l’école car il est incapable de suivre les cours.

Un jour, leur père entend parler du travail de la clinique ophtalmologique Sainte-Yvonne de Lubumbashi par le biais de l’une des cliniques mobiles. Il apprend que, dans cet hôpital, des enfants et adultes aveugles et malvoyants reçoivent les traitements médicaux et la réadaptation dont ils ont besoin.

L’un des ophtalmologues de Sainte-Yvonne examine les deux jeunes et constate que leur vue ne peut pas être améliorée par une opération. Heureusement, la clinique dispose d’une unité de thérapie visuelle. Les thérapeutes travaillent avec les enfants pour stimuler et améliorer leur vue.

Justin et Nathalie reçoivent également des aides visuelles, comme des lunettes, une loupe, un télescope à main et une planche à écrire, qui leur facilitent la vie. Pour la première fois depuis des années, ils peuvent lire au tableau sans devoir le fixer au point d’avoir des maux de tête. C’est avec plaisir qu’ils conjuguent et recopient les verbes et font des calculs difficiles.

Nathalie a seize ans et a pratiquement terminé son cycle d’études actuel. “Je peux commencer à envisager une formation supérieure, en textile par exemple. Jusqu’il y a peu, ce rêve n’était qu’une utopie. Maintenant, un avenir plein de promesses est à ma portée.”

Justin a onze ans et le choix d’un métier n’est pas encore vraiment sa préoccupation majeure. Il est très heureux de pouvoir à nouveau jouer au football avec ses amis. Son père lui recommande cependant d’être prudent avec ses nouvelles lunettes. “Il se prend parfois pour Lionel Messi,” s’amuse-t-il.

Justin et Nathalie ont eu de la chance. Grâce au soutien qu’ils reçoivent de la part de notre clinique partenaire à Lubumbashi, ils ont pu retourner à l’école et même envisager d’obtenir un diplôme.

Aidez-nous à guérir des enfants aveugles ou malvoyants et à leur permettre d’aller ou de retourner à l’école. Tout enfant a droit à des soins médicaux et à un enseignement de qualité. Ensemble, nous pouvons atteindre ce but !