16 juin : Journée de l’enfant africain

Abdul & Mwajuma

16 juin : Journée de l’enfant africain

À l’occasion de la Journée de l’enfant africain, le 16 juin, Lumière pour le Monde souhaite attirer l’attention sur le quotidien des enfants aveugles et malvoyants en Afrique. La pénurie de soins ophtalmologiques dans les pays en développement a des conséquences dramatiques. Dans ces pays, 60 % des enfants aveugles décèdent dans les deux ans après qu’ils aient perdu la vue. Les enfants qui survivent sont, eux, souvent mis en marge de la société, victimes de stigmatisation et surtout, ils n’ont pas accès à l’enseignement. Pourtant, des solutions existent…

Chaque minute un enfant devient aveugle dans le monde

Selon les statistiques de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), un enfant devient aveugle toutes les minutes quelque part dans le monde. 1,4 million d’enfants présentent une cécité irréversible pour le reste de leur vie et ont besoin d’accompagnement pour parvenir à se développer pleinement sur le plan psychologique et personnel.

La cataracte, une opacification du cristallin, est l’une des causes les plus importantes de cécité chez les enfants en Afrique. Plus de la moitié des enfants qui ont un handicap visuel souffrent de cette affection. Pourtant, celle-ci peut être soignée grâce à une opération relativement simple. Parmi les autres causes figurent notamment la carence en vitamines A et les infections oculaires non traitées telles que le glaucome.

3.000 opérations de la cataracte sur des enfants

La lutte contre la cécité infantile est une priorité pour Lumière pour le Monde, qui entend rendre accessibles les soins ophtalmologiques aux populations les plus vulnérables. L’organisation collabore avec des partenaires locaux et soutient des cliniques ophtalmologiques en République Démocratique du Congo, au Rwanda et en Tanzanie. Les ophtalmologues des cliniques soutenues par Lumière pour le Monde guérissent chaque année environ 3.000 enfants de la cécité.

Droit à l’enseignement

Dans les pays en développement, seulement 10 % des enfants porteurs d’un handicap ont accès à l’enseignement. Cela est également valable pour les enfants aveugles et malvoyants. Les structures existantes n’ont que très peu, voire pas du tout, d’équipements adéquats pour prendre en charge ces enfants. Très souvent, les enfants aveugles sont victimes de stigmatisation. Considérés comme inférieurs, ils sont mis en marge de la société et du système éducatif.

Plus de 400 enfants aveugles et malvoyants intégrés dans des écoles ‘ordinaires’

Lumière pour le Monde soutient des programmes pédagogiques qui pratiquent l’éducation inclusive pour les enfants aveugles et malvoyants. Pour vaincre les préjugés à leur encontre, les enfants avec un handicap visuel sont intégrés dans des écoles ‘ordinaires’ où ils côtoient des enfants voyants du même âge. Si nécessaire, des aides comme une planche à écrire ou une loupe sont mises à leur disposition pour leur permettre de mieux suivre les cours. Des professeurs spécialement formés veillent à l’accompagnement aussi bien de l’élève que des parents et de l’enseignant. Chaque année, plus de 400 enfants avec un handicap visuel bénéficient des programmes d’éducation inclusive soutenus par Lumière pour le Monde en Tanzanie et en République Démocratique du Congo.

Témoignage : Abdul retrouve la vue

Abdul portant un pansement après son opération

Abdul vit avec sa maman Mwajuma dans le nord de la Tanzanie, une région splendide dominée par le Kilimanjaro. Ce petit garçon est aveugle depuis sa naissance et n’a donc jamais vu sa mère.

L’hôpital KCMC représente l’unique espoir de Mwajuma et Abdul. Lumière pour le Monde soutient l’unité ophtalmologique de cette clinique depuis 2013 et fait de la prévention de la cécité infantile son objectif principal.

Sur place, un ophtalmologue pédiatrique examine l’enfant et dresse un diagnostic optimiste. Abdul souffre d’une cataracte bilatérale, ce qui se traduit par une opacification du cristallin. Une opération relativement simple peut lui rendre la vue. Le chirurgien doit remplacer le cristallin opacifié par une lentille artificielle.

En une demi-heure, le docteur opère l’œil gauche d’Abdul avec succès. Lorsque le garçon se réveille de l’anesthésie, sa maman se tient à ses côtés pour le rassurer.

Abdul peut voir sa mère pour la première fois

Le lendemain matin, le pansement oculaire est retiré et Abdul observe pour la première fois sa maman. Elle et l’enfant n’ont pas besoin de mots pour exprimer leur joie et leur soulagement. Abdul va enfin pouvoir partir à la découverte du monde qui l’entoure et voir le Kilimanjaro de ses propres yeux !

Lumière pour le Monde lutte depuis 21 ans pour offrir des soins de qualité aux nombreux enfants, comme Abdul, et adultes qui souffrent de problèmes oculaires dans les pays en voie de développement.